• Antoine Boureau

Japon : Nouvel an, manga et calligraphie

Bonjour les 5ème de Jarnac,


Voici les réponses à vos questions.


- Aux blocs de glace, nous pensons que cela sert à conserver les aliments et peut être aussi pour faire la cuisine.

Bonne idée mais ces blocs servent à produire de l’eau en les faisant fondre. La plupart des maisons autour de la ville n’ayant pas l’eau courante l’hiver. Ils sont donc stockés et utilisés au fur et à mesure afin d’avoir de l’eau.


- Le temps ne vous a pas paru trop long ?

J’aime beaucoup le temps long mais il est vrai qu’au bout de 3 jours de train, on est content d’arriver !


- Avez-vous eu du mal à supporter le froid en Russie ? Quel endroit avez-vous préféré visiter ?

À l’exception de quelques moments particuliers, j’ai bien réussi à supporter le froid, j’étais habillé chaudement. Ce qui m’a le plus marqué ce sont les forêts brûlées.


- Quelles sont les causes de ces incendies de forêt impressionnants ?

La cause principale est la négligence de personnes qui jette un mégot de cigarette par la fenêtre par exemple.


- Vous avez vu des rennes blancs, est-ce rare d’en croiser ?

C’est vrai que ce n’est pas très commun, la plupart du temps ils sont bruns. Mais dans ce troupeau un tiers des rennes étaient blancs.


Voici à présent mon nouveau message.


Le Japon est un pays fascinant par son histoire, ses habitants et même sa position sur le globe. Si l’on regarde bien, il est situé tout à fait à l’Est de l’Asie. Si l’on continue il n’y a plus que des petites îles dans le plus grand des océans : l’océan Pacifique, avant de rejoindre l’Amérique.


Je connais déjà un petit peu le Japon car c’est mon cinquième voyage dans ce pays que l’on appelle aussi le pays du soleil levant, je vous laisse deviner pourquoi.


En arrivant, trouver son logement n’est pas très facile au Japon car les rues n’ont pas de nom ni de numéro. Cela fonctionne par quartier. Par exemple maintenant mon adresse est : 7 Chome-10-4 Ueno, Taitō, Tokyo ce qui indique que je suis à Tokyo, dans la zone (ou arrondissement) de Taito, quartier de Ueno, « Chome » c’est un mot qui indique un groupe d’immeuble plus ou moins grand, puis 10, une zone encore plus restreinte et enfin 4 le numéro de l’immeuble. Voici la carte du quartier :



La deuxième chose qui n’est pas facile lorsqu’on est au Japon, c’est lire l’alphabet. En Russie j’ai appris rapidement l’alphabet cyrillique Russe et ses 33 lettres. Je pouvais lire le nom des villes, les panneaux et je comprenais les phrases simples. Mais au Japon il y a trois alphabets qui se mélangent. Le plus connu et compliqué pour nous c’est celui avec les kanji. Il est compliqué pour nous car les lettres de notre alphabet n’expriment rien, tandis qu’au Japon, chaque idéogramme a un sens.

Voilà par exemple le mot arbre qui se prononce ki : 木

Le champ de riz qui se prononce ta : 田

La montagne qui se prononce yama :

Le livre qui se prononce hon :

Voici donc quelques kanji simples, il y en a au total environ 10 000 mais les gens en connaissent en général autour de 3000. Ils sont complétés dans les phrases par les deux autres alphabets appelés hiragana et katakana qui ont 46 lettres chacun.

Donc au final une phrase écrite en japonais ressemble à ça :


こんにちは、皆さん。明けましておめでとうございます。今年もたくさん遊びましょ。

Bonjour à tous, bonne année à vous et pensez à bien vous amuser.

L’apprentissage des kanji commence au CP et à la fin des 6 ans d’école primaire (équivalent fin de 6ème) un élève doit savoir lire et écrire 1000 kanji et il connaît bien sûr les 2 autres alphabets.


Un élève de lycée au club de calligraphie


Après les cours qui se terminent en début d’après-midi en primaire puis en milieu d’après-midi par la suite, les élèves vont dans le club qu’ils ont choisi. Il y a des clubs de sport, d’art et aussi de pratique traditionnelle comme la cérémonie du thé.


Yukito Yoshioka, 17 ans montre une de ses calligraphies qui a été encadrée de façon traditionnelle.


Avec une amie journaliste nous avons pu assister au club de calligraphie du lycée de Kawaguchi en banlieue de Tokyo entre 16h et 17h30. Ils ont même fait un article sur le site de leur lycée à propos de nous: https://kawaguchicity-hs.ed.jp/blogs/blog_entries/view/51/7d7c174c6033335e5beabff73b328d58?frame_id=445


La professeur enseigne les mouvements du pinceau à un élève


Comme vous avez deviné j’ai passé le nouvel an au Japon et je vais pouvoir vous raconter comment cela se passe. J’ai choisi de ne pas parler de Noël car même si les japonais fêtent parfois ce jour, Noël est avant tout une fête chrétienne qui célèbre la naissance de Jésus-Christ et le Japon ne compte que 1,5% de chrétiens.


Le nouvel an lui est très important. Il est marqué par de nombreuses traditions.

Par exemple, avant le nouvel an, l’osechi est préparé afin de pouvoir, entre autre, manger plusieurs jours sans avoir à cuisiner. Découvrons cela avec Hana qui a 7 ans :


Hana prépare un kombu maki. Elle roule une feuille de kombu (c’est une algue) autour d’un hareng séché mariné dans de la sauce soja. Puis elle termine en faisant un petit nœud avec du kanpyo ce sont des lamelles séchées de calebasse, une cucurbitacée comme la courge.


Le kombu maki est important dans l’osechi car Yorokobu signifie « Se réjouir » et il y a donc un jeu de mot avec le kombu maki qui se prononce aussi kobu maki. Dans l’osechi, chaque ingrédient a une signification, la crevette permet de vivre longtemps etc.


L’osechi est très coloré et on l’ouvre le 1er janvier au matin, un des jours les plus importants de l’année.


Dans les premiers jours de janvier, on a du temps pour jouer avec des jeux traditionnels comme la toupie ou le cerf-volant.



Pour aller au temple, Hana s’habille avec un kimono, ce n’est pas obligatoire mais c’est joli. Comme très peu de gens savent maintenant mettre un kimono cela se fait chez le coiffeur et ça prend environ 30mn.


En arrivant au temple la première chose à faire est de se laver les mains.


Hana devant le temple de Suearata


Et vous, avez-vous déjà porté des vêtements traditionnels ? Ou en avez-vous vu déjà ?


Au temple il est possible de faire des vœux en jetant une pièce et en souhaitant très fort quelque chose. Des fois ça marche !


Une autre manière de faire un vœu et de l’écrire sur une petite tablette en bois appelée ema et de l’accrocher au temple. Hana est fan d’un comédien japonais et elle espère qu’elle pourra le rencontrer en vrai en 2022.



Et lors du nouvel an tous les enfants reçoivent l’otoshidama, une enveloppe avec de l’argent dedans.


Ces photos ont été prises à Osaka mais lors de mon voyage je suis aussi allé à Kyoto. Dans cette ville j’ai visité le musée du manga et j’ai rencontré Sota, 14 ans, fan de Manga. Il en lit beaucoup et il dessine aussi, en particulier à son club après la journée de cours au collège.


Le musée du Manga :



Sota dans une rue de Kyoto :


Sota montrant un dessin avec sur la droite de l'image Tokito Muichiro extrait de Demon Slayer (Kimetsu no Yaiba) et sur la gauche un personnage de sa création.


Sota lisant un manga dans le train, c’est une scène très banale au Japon.


J’ai réalisé une interview assez longue de Sota, en voici un extrait :


"Ce que j’aime dans les mangas et dans le dessin en général, c’est le pouvoir de l’image fixe. Je trouve qu’on a plus le temps d’imaginer la psychologie des personnages que dans les animés. Mes mangas préférés sont soit ceux extraits des jeux vidéo, soit dans un autre style ceux de Dr Stone qui sont très scientifiques. Le duo Akira Himekawa fait partie de mes auteurs préférés. Ce sont eux qui à partir du monde de Zelda ont commencé un manga avec cet univers. J’adore lire des mangas mais comme j’ai peu de temps, je lis dans le train en allant en cours, quand je ne dors pas. Et même si certaines personnes lisent sur leur téléphone moi je trouve cela beaucoup plus agréable avec des vrais livres papier.


En ce moment je dessine presque exclusivement au club de dessin et parfois dans un café le dimanche. Je n’écris plus beaucoup d’histoire car je veux améliorer ma technique du dessin. Je préfère travailler sur papier pour les dessins avec beaucoup de détails, qui demandent un trait très fin, mais pour les grands volumes, je préfère travailler en numérique. Au club il y a une tablette et je suis presque le seul à m’en servir. Je commence par dessiner le croquis en noir et blanc que je reprends souvent plusieurs fois comme sur le papier. Une fois que je suis satisfait, je passe aux couleurs. L’avantage de la tablette c’est qu’avec les calques, je peux en un clic supprimer le croquis de départ. En ce moment plusieurs de mes amis m’ont passé commande pour faire leur image de profil. C’est très intéressant mais c’est aussi très long !


Le plus difficile c’est la morphologie des personnages, arriver à représenter un personnage dans toutes les situations c’est une petite victoire pour moi ! J’aime prendre des personnages connus et les dessiner dans une situation jamais vue, Mario en train de faire un selfie par exemple."


Au Japon, de nombreux personnages sont connus, les héros des mangas, les Pokemon bien sûr mais aussi des figures célèbres comme Doraemon.


On m’a souvent demandé quels étaient les personnages connus des jeunes en France, pourriez-vous me répondre votre top 3 ?


Afin de terminer ce message, une petite parenthèse gastronomique s’impose. Le Japon est un pays incroyable par la diversité des ingrédients. Lorsque l’on voyage, même si la cuisine est différente, les ingrédients sont souvent similaires. Mais la cuisine japonaise utilise une grande quantité d’ingrédients différents de ceux de la cuisine française. Vous en connaissez probablement certains comme la sauce soja mais d’autres ne sont pas très connus en particulier les algues. Vous avez vu le kombu avec Hana, mais voici l’Umibudo, c'est une algue :



Connaissez-vous d’autres algues comestibles ?


Autre spécialité japonaise : les nouilles. Il existe au Japon ente autre les somen, les udon et les soba qui se mangent chacune froides ou chaudes :


Soba froides, ces nouilles sont faites à partir de farine de blé et de sarrasin mélangé.


Des Soba chaudes (dans la soupe) accompagnées de tempura et de poisson cru.


Le poisson cru peut se manger entre autre en sushi, en maki ou bien en sashimi, c’est à dire sans riz dessous ou autour. Un repas japonais est souvent constitué de différents bols avec la soupe miso, le riz, mais aussi des tsukemono (qui pourraient correspondre à ce qu’on appelle parfois pickles et très facile à faire) des tempuras et ici un petit nabe avec des légumes et de la viande mijotés.



Et tout cela bien sûr à manger avec des baguettes.


Bon appétit et à bientôt !


Antoine


P.S : Je ne parle pas du COVID et des restrictions qu’il entraîne dans mes messages car j’imagine que vous en parlez déjà beaucoup à la maison et à l’école. Au Japon tout le monde porte le masque dans les lieux publics, donc pour toutes les photos de ce message c’est moi qui ai demandé aux personnes de retirer leur masque.