• Antoine Boureau

De l'Estonie à la Russie

Bonjour à vous,


Merci à Yanis pour son autoportrait et aux petites phrases qui parlent de votre région que je ne connais pas très bien. Je vais à présent essayer de répondre à vos questions le plus précisément possible.


- Vous arrive-t-il d'être stressé avant un voyage?

Non je ne suis pas trop stressé avant un voyage. Cependant cela m’est arrivé d’être stressé lors de destinations vraiment particulières ; par exemple lorsque je suis allé en Afghanistan en 2013.

- Aimez-vous découvrir des nouvelles saveurs à l'occasion de vos voyages ?

Oui, beaucoup !


​- Combien de langues parlez-vous?

Alors en langue étrangère je ne parle bien que l’anglais et je me débrouille en espagnol. Après il y a les gestes et les mots usuels que j’apprends dans les différents pays.


- Combien de temps mettez-vous pour préparer un tel voyage?

Là j’ai travaillé à mi-temps pendant environ 4 mois pour préparer ce voyage.


​- Quel est son coût?

Au niveau du coût, un voyage se calcule souvent en prix par jour. Certains pays sont plus chers à 80€/jour et d’autres moins chers à 40€/jour. En moyenne je dépense environ 60€/jour plus environ 3000€ pour les grands trajets. Et cela pendant 8 mois entre le 1er aout et le 31 mars. À vos calculettes !


- Connaissez-vous déjà tous les pays que vous allez traverser?

Je connais l’itinéraire que j’ai préparé, mais avec la situation sanitaire les choses peuvent changer. Par contre je n’avais jamais visité ces pays auparavant excepté le Japon.


- D'où vous vient ce goût du voyage ?

De l’envie de mouvement, il me semble que les nomades ont la plus belle des vies. Ils savent se détacher des choses et vivre en osmose avec leur environnement.


- Allez-vous chez l'habitant?

Oui quand c’est possible, j’utilise pour cela un site internet qui s’appelle Couchsurfing et qui permet d’accueillir chez soi et d’être accueilli dans différents pays.


- Quel est le prix d'un voyage en hélicoptère?

De mémoire, il me semble que c‘était 500€ ce qui n’est pas trop excessif pour la Norvège.


- Quel est votre pays préféré?

En ce qui concerne ce voyage, j’aime vraiment beaucoup la Russie. En ce qui concerne l’ensemble de mes voyages c’est compliqué car je suis allé dans plus de 60 pays différents.


- Quel est votre plat préféré ?

J’aime aller dans un bon restaurant de sushi au Japon. Cela n’a rien à voir avec les sushis en France et c’est délicieux.


- Comment avez-vous choisi votre itinéraire?

Tout d’abord je souhaitais aller au Japon pour le nouvel an pour des raisons personnelles. Ensuite, je ne voulais pas prendre l’avion et j’avais connaissance qu’un ferry relie Vladivostok en Russie au Japon. Donc la Russie, grand pays que je n’avais encore jamais visité a été très rapidement sur la liste avec le Japon. Pour l’Europe, le départ s’effectuant en été, j’ai décidé de parcourir les pays du nord de l’Europe que je ne connaissais pas. Pour la suite du voyage, après le Japon, il y avait deux routes possibles, soit la route du nord en reliant en cargo le Japon à Vancouver soit celle du « sud » en reliant le Japon au Panama. J’ai opté pour la deuxième route car je voulais une grande diversité de pays dans les modes de vie.


Vous est-il arrivé de rater une correspondance importante?

Oui cela m’est arrivé de rater des correspondances mais on trouve toujours des solutions et il faut relativiser et savoir attendre.


Empruntez-vous des itinéraires différents au fil de vos voyages?

Oui, cela dépend du projet mais surtout de l’envie.


***

Voici maintenant le nouveau message


Après être resté quelques jours dans la capitale finlandaise Helsinki, j’ai pris le ferry pour rejoindre Tallinn, la capitale de l’Estonie. Ce petit pays balte est étonnant par sa dynamique culturelle et photographique. Il y a plusieurs lieux dédiés à la photographie : maison de la photographie, musée de la photographie, galeries photographiques, tous très intéressants.


Centre-ville de Tallinn

Quartier de Telliskivi à Tallinn


Depuis Tallinn, j’ai choisi de rejoindre l’île de Kihnu pour rencontrer Mare, une femme qui lutte pour la préservation des traditions sur l’île. En effet cette île à une culture très forte et toujours très vivante aujourd’hui. En tant qu’îliens, l’insularité aidant, les habitants sont très autonomes aussi bien pour la fabrication de leurs vêtements que pour la production de nourriture : légumes dans les jardins, élevage d’animaux et surtout poissons grâce à la pêche. Sur cette île j’ai pu rencontrer plusieurs enfants en particulier deux jumelles qui jouaient à être des animaux. Là deux papillons :



Île de Kihnu


Après être resté quatre jours sur cette île, je me dirige vers la Russie mais je ne peux malheureusement pas y aller par voie terrestre (bus ou train) car avec la situation sanitaire, tous les étrangers arrivant en Russie doivent entrer dans le pays par voie aérienne. De plus, il faut arriver d’un pays « vert » et là, heureusement, la Finlande est verte. Je retourne donc en Finlande en ferry puis après un vol d’environ 1 heure je me pose en Russie. Premier pays où le passeport accompagné d’un visa est obligatoire.


Et vous avez-vous un passeport ?


Et voici mon visa russe


Le visa est une autorisation d’entrer dans le pays pour une durée bien précise. Il n’est pas toujours simple à obtenir et peut parfois coûter cher. L’obtention de visa et son prix dépendent surtout de notre pays d’origine. Il est presque toujours possible d’obtenir des visas avec un passeport français. Dans la réalité, une partie du monde peut voyager librement en obtenant des visas facilement ou même parfois sans visa et une autre partie du monde voyage avec énormément de difficultés.


Profitons de cette question des visas pour parler des frontières. Toutes ces lignes tracées sur les cartes sont des créations humaines. Elles se sont faites avec l’histoire mais parfois aussi avec la géographie. Observons deux cartes du monde.


Une carte politique

Une carte géographique (ou physique).


En arrivant en Russie je ne suis donc plus en Union Européenne mais toujours en Europe. Connaissez-vous les frontières géographiques de l’Europe ? Et si vous ne les connaissez pas, vous pouvez essayer de les deviner avec la carte géographique.


Voici deux représentations du territoire mais on peut en avoir de multiples autres. En voici une réalisée avec les uniforme militaires qui servent à se dissimuler et qui racontent à leur façon le paysage du pays.


En arrivant en Russie, j’ai donc présenté mon passeport et après la police des frontières, la première personne que j’ai croisé était un policier qui reprenait son travail. Il avait dans les mains un sac en papier kraft au nom de Mac Donald et une bouteille de Coca-cola. Ces deux symboles représentent à la fois la mondialisation mais aussi l’argent d’une entreprise qui s’enrichit au détriment de la santé. On sait que Mac Donald® et Coca-Cola® sont des produits mauvais mais qui se vendent très bien grâce à notre attirance (ou parfois addiction) pour le sucre et le gras ainsi que par des campagnes de publicité géantes.


Une fois croisé cet homme dans ce couloir, je récupère mon sac, je passe la douane et lorsque la porte s’ouvre apparait en face de moi un énorme Starbucks®. Là aussi une marque que l’on retrouve dans tous les pays du monde et qui vend de mauvais produits avec beaucoup de publicité. Et ça marche !


Il me faudra aller un peu plus loin pour découvrir la Russie, les russes et leur identité et ne pas s’arrêter à ces premières impressions et ces symboles de la mondialisation que l’on retrouve partout.


Saint-Pétersbourg où j’ai atterri et Moscou sont des villes très modernes et l’on peut assez facilement rater quelques choses en restant dans des hôtels internationaux et en allant manger dans des grandes chaînes de restaurant. Heureusement, j’ai été invité par des russes et je suis resté dans des appartements dans différents quartiers du centre, en ville et en banlieue.


Musée de l'Hermitage et jardin d'Alexandre vue depuis la cathédrale Saint-Isaac à Saint-Pétersbourg

Grande barre d'immeuble dans le quartier de Begovaya à Saint-Pétersbourg

Célèbre théâtre Mariinsky à Saint-Pétersbourg


Suite à ces rencontres j’ai pu photographier Daniil, 12 ans à Saint-Pétersbourg qui aime le sport, foot, volley mais surtout le hockey sur glace. Il s’entraîne avec son club 3 fois par semaine et prend aussi des cours en plus, certains matins de 6h30 à 8h, avant de commencer l’école à 8h30. Il s’entraîne tous les jours !


Daniil fait ses devoirs en s'aidant de son téléphone

Échange avec une voisine de découverte musical, Daniil aime écouter de la musique sur son téléphone.

Bien qu'il n'ait pas le droit, Daniil aime jouer au foot dans sa chambre.

Nous sommes donc allé faire du volley dehors

Daniil fait parti de l'équipe junior du Dynamo Saint-Petersbourg

Lorsqu'il s'entraîne, il joue par séquence de 5 minutes. Ils se partagent en 3 équipes et toute les 5 minutes ça tourne.


Comme vous pouvez voir sa vie est assez proche de la vôtre mais c’est dans les détails qu’il y a des nuances.


Après Moscou où je suis resté quelques jours afin d’organiser mon voyage, j’ai décidé de changer mon itinéraire et de partir dans le nord de la Russie. Je pensais partir dans un premier temps à Naryan Mar puis je me suis finalement rendu à Salekhard pour effectuer un reportage à découvrir dans le prochain message.

Kremlin et cathédrale Basile-le-Bienheureux vue depuis le parc Zariadié à Moscou


Comme mon itinéraire change au fur et à mesure du voyage, j’ai changé la carte de notre site web, elle présente maintenant mon itinéraire déjà effectué.


À bientôt avec votre prochain message que j’ai hâte de découvrir,


Antoine